Gorda Flor par Helemozão Fotopoesia, Photographe brésilienne

Avant tout, présentez-vous !

Antes de tudo, apresente-se!

Helemozão, femme de la périphérie au parcours atypique, qui poétise ses idées autant que son regard en cherchant sa place au soleil sans piétiner la tête d’autrui.

21 ans, photographe depuis les 4 dernières années, résidente du quartier de Brotas, Salvador – Bahia au Brésil

Mes photographes parlent de ma réalité, de ma vie quotidienne, de ma relation directe ou indirecte avec les espaces que je côtoie ; je parle de mes idéologies, de ma militance. Je cherche à aider les femmes à se libérer des critères établis par la société et à autonomiser l’homme et la femme noirs à travers mes images. Ainsi, j’éternise des moments, en me démontrant à travers les autres, me perdant, me retrouvant, comme faisant presque mon autoportrait.

Helemozão, mulher periférica, que faz corre sem miséria, poetizando no olhar e nas ideias, buscando seu lugar ao sol sem pisar na cabeça de ninguém.

21 anos, fotografa ha 4 anos, moradora do bairro de Brotas, Salvador – BA, Brasil.

Minha fotografia fala da minha realidade, do meu cotidiano, da minha relação direta ou indireta com os espaços que percorro, falo das minhas ideologias, da minha militância. Busco através das minhas imagens e textos ajudar as mulheres se libertarem dos padrões estabelecidos na sociedade, busco o empoderamento do homem e a mulher negra. E assim, vou eternizando momentos, me lendo no outro, me perdendo me encontrando, quase um autorretrato.

Depuis quand faites-vous de la photo et comment cette passion vous est-elle venue ?

Desde quando você tira fotos e como surgiu esta paixão?

Ce qui m’a menée à choisir ma profession était une tentative de faire un investissement, en achetant une caméra photographique. Au début, c’était seulement un passe-temps, mais après avoir commencé à étudier et à me dédier, j’ai compris qu’y échapper n’était plus possible. Je n’ai pas suivi une formation académique à l’université ; j’ai fait un cours technique à l’école Escola de Arte e tecnologia (Oi Kabum) où je suis resté presque 2 ans, à étudier les arts visuels, en général, et la composition photographique. Au début de cette formation, j’ai commencé à étudier ma vie, ma routine, à comprendre que la poésie de la photo ne s’arrête pas après la technique et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à écrire mes projets en qualité d’auteure.

O que me levou a escolher minha profissão foi a tentativa de fazer um investimento, que foi comprando uma câmera fotográfica. No começo era só um robe, e depois que comecei a estudar e a me dedicar percebi que eu já não existia mais sem desenhar com a luz, não sou formada em faculdade, fiz um curso técnico da Escola de Arte e tecnologia (Oi Kabum) onde fiquei quase dois anos, estudando arte visual no geral e os componentes da fotografia. No curso comecei a estudar a minha vida, a minha rotina, a entender a poesia da fotografia para além da técnica, e foi ai que comecei a escrever meus projetos autorais.

Comment vous est venue l'idée de cette série "GORDA FLOR, entre curvas e cores" ?

Como surgiu a ideia desta série "GORDA FLOR, entre curvas e flores"?

Les projets qui parlent d’un corps en surpoids sont hors-norme ; cela est advenu après avoir vu la souffrance que ma mère vivait, en étant une femme ronde, une « Mulher Gorda » (une femme ronde) noire qui ne se conformait à aucun critère établi par la société. Dès mon enfance, j’ai vu la lutte par laquelle ma mère menait à cause des stéréotypes, les préconceptions ainsi que la difficulté qu’elle éprouvait pour se trouver des vêtements, la contrainte qu’elle vivait en essayant de perdre du poids et en n’y arrivant pas, les jugements des autres auxquels elle était confrontée. Je savais qu’être une personne en surpoids ne signifiait pas nécessairement que quelqu’un mangeait trop, qu’une personne ne faisait pas d’activité physique ou mangeait seulement de la malbouffe et je devais faire en sorte que le monde comprenne cela.

Os projetos que falam do corpo Gordo, fora dos padrões, surgiu por conta de eu ver o sofrimento de minha mãe, uma Mulher Gorda, Preta que não cabia em nenhuma fôrma estabelecida pela sociedade. Desde de pequena via a luta que minha mãe passava, pelo seu estereotipo, via o preconceito, o quanto era difícil achar roupas, o quando era duro tentar emagrecer e não consegui, o julgamento das pessoas. Eu sabia que ser gordo não significa que necessariamente você come demais, ou que você não faz atividade física, ou que você só come besteira. E eu precisa dizer isso para o mundo.

De quelle manière avez-vous construit ce projet ? Avez-vous fait un travail de repérage ? Connaissiez-vous les personnes auparavant ?

De que maneira você construiu este projeto? Você fez algum trabalho de reconhecimento? Você conhecia as pessoas antes?

Je suis également passée par quelques jugements concernant mon corps en entendant des commentaires tels que : « Cette femme ronde est terrible ! » ; « Vous n’avez pas réussi à trouver la taille de vêtement que vous vouliez ? » ou qu’une pièce vestimentaire ne me servirait pas, qu’elle ne m’irait pas bien, que je dois couvrir mon corps entier car montrer un corps en surpoids, ce n’est pas légal. De plus, j’avais commencé à comprendre ce qu’est la diversité des corps ronds, qu’être ronde ce n’est pas dépasser la taille 54, que nous avons notre diversité et que nous pouvons souffrir de différentes sortes mais qu’au final, nous avions juste besoin de connaître où nous positionner afin de comprendre l’origine des paroles.

Un de ces projets est le « Gorda Flor » (littéralement, la grosse fleur). J’ai pris les premières photos, mais j’en ai perdu une partie dû à un manque d’organisation ; du coup, j’ai refait le tout en collaborant avec une femme de plus.

Também passei por alguns processos de corpo, esta gorda era terrível, não conseguir usar aquela roupa que você desejava, ou ouvir que aquilo não cabe em você, que aquela roupa não fica legal em você, que você precisa cobrir o corpo todo, porque mostrar o corpo gordo não é legal. Também comecei a perceber a diversidade do corpo gordo, que ser gorda não é ser acima de do 54 e que temos nossa diversidade e com isso podemos sofrer de formas diferentes, só precisamos entender em que local estamos para saber nosso local de fala.

Um desses Projetos foi o Gorda Flor. Fiz as primeiras fotos, mas acabei perdendo uma parte delas, por falta de organização e então refiz e agreguei mais uma mulher.

La série est très colorée. Est-ce un choix purement esthétique ?

A sé rie é bem colorida. É uma escolha puramente estética?

Le projet a eu l’appui du Blog Baiana et s’est déroulé dans un des plus beaux lieux de Salvador (BA), le quartier Santo Antonio où l’on peut observer diverses couleurs, des couleurs vibrantes. L’utilisation des couleurs a été incluse pour refléter la diversité des femmes, la tentative de démontrer leur existence. De plus, les couleurs accentuent la joie des mannequins.

O projeto contou com apoio do Blog Baiana, e aconteceu em um dos cenários mais belos de Salvador (BA), o bairro no Santo Antônio, onde podemos encontrar diversas cores, cores vibrantes, a utilização das cores é na ideia de diversidade das mulheres, na tentativa de mostrar sua existência. As cores também mostram a alegria das modelos.

Pouvez-vous nous donner votre définition de "Gorda Flor" ?

Você pode nos dar a definição de "Gorda Flor"?

L’éditorial « Gorda Flor » a pour objectif d’aider et d’autonomiser les femmes en surpoids, à travers la photographie et ce, indépendamment de leur taille et en transmettant comme idée que les courbes sont l’une des forces de la beauté car la place de la femme est là où elle veut être, peu importe sa taille. Le nom « Gorda » est une tentative de déconstruire ce terme qui, pour la plupart du temps, est utilisé de façon péjorative et le « Flor », c’est la fragilité et le fait que tout comme une fleur, la beauté d’une femme est indépendante à sa taille. Le « Gorda Flor » vise à s'étendre et à créer un espace de discussion pour les femmes en surpoids, pour leurs luttes quotidiennes quant au respect et à l’égalité ; pour ces femmes qui sont encore dans un processus d’acceptation de leur corps. Le deuxième éditorial de « Gorda Flor » a réuni cinq filles baianas. J'ai déjà été en contact avec certaines d'entre elles suite à un projet avec une marque visant l'autonomisation des noirs et les corps hors-norme (N Black). Certaines filles étaient hébergées chez cet organisme et d’autres non.

Par contre, le projet a pour but de photographier des filles qui n’ont jamais participé à un éditorial, de donner de la visibilité à celles qui n’en avaient pas afin qu’elles puissent se voir toutes sous un autre angle. Nous savons que dans la mode et avec cette incompréhension des femmes rondes, il y a des critères et des normes qui n’existent pas dans « Gorda Flor ».

O Editorial Gorda Flor tem o objetivo de ajudar a empoderar através da fotografia mulheres gordas, independente do seu manequim, transmitindo a beleza e força das suas curvas, porque o lugar da mulher é onde ela quiser, seja ela gorda ou não. O Nome Gorda é a tentativa de descontruir esse termo que grande parte das vezes é usado de forma pejorativa, e o Flor é a delicadeza, a beleza da mulher independentemente do tamanho da flor. O Gorda Flor pretende ganhar extensão e criar um espaço de discussões sobre as mulheres gordas, suas lutas diárias por respeito e igualdade, mulheres essas, que ainda podem estar em processo de entendimento do seu corpo. Neste segundo Editorial o Gorda Flor contou com a participação de cindo meninas baianas, algumas delas tive o contato a partir de um ensaio de uma marca que visa o empoderamento do negro e do corpo fora dos padrões (N Black), umas já tinham pousada e outras não.

Mas o projeto visa fotografar meninas que nunca participaram de nenhum editorial, dar visibilidade a quem ainda não tem, para que todas consigam se ver, até porque sabemos que a moda plus que vemos não contemplam todas as mulheres gordas, existem padrões para posar, e padrões é uma coisa que não existe no Gorda Flor.

 Traduction (du portugais vers le français) : Tanya-Michelle Contente

Relecture (texte portugais) : Jonas Simberg


blacky.jpg

« Avec son bagage intellectuel axé sur le management d’affaires et la gestion des entreprises, Angélique Marguerite Berthe Diène aka Blacky Gyan dirige A'S de la Perfection, un concept-store éthique et solidaire alliant africanité et modernité : mode, design, photographie, ... et créé par son jeune frère, Stefdekarda et a fondé R Magazine ou la re-naissance de l’Art qui se veut, à travers le monde, être le miroir d'artistes ou d’arts connus mais surtout "inconnus" ou méconnus. Elle est dans une perspective de construire le rêve africain et a, notamment, co-lancé Afro Women Workshops, un regroupement de femmes entrepreneures «africaines» de souche ou de coeur. »