ENTRETIEN AVEC MANNEQUIN ANDROGYNE MACK DIHLE

TRANSCRIPTION

Comment vous sentez-vous, vous êtes un mannequin androgyne, mais vous vous identifiez comme une femme. Existe-t-il un marché pour cette image ?

Ah, ouais… il y a un marché. Qu’est-ce qui ce passe dans le monde est qu’on réalise qu’il existe plus de sexes que seulement masculin ou féminin. Ce n’est pas un ou l’autre. Les femmes hommasses existaient toujours, mais on ne les voyait pas jusqu’à Twitter, Tumblr, et Pintrest. Avec ces réseaux sociaux, on peut voir les gens autour le monde qui apparent comme eux-mêmes. C’est un raison pourquoi j’ai décidé à deviner un mannequin androgyne, je suis la femme que j’espérais voir quand j’étais jeune. Et je suis fière d’être une femme hommasse, ça marche pour moi. C’était difficile quand j’étais jeune. Alors, ah, je savais que j’étais une femme, et j’étais d’accord avec mon corps, mais je n’étais pas jamais en harmonie. Je ne voulais pas utiliser la salle de bain pour les hommes, mais je n’étais pas confortable dans celle pour les femmes non plus. Et c’était difficile, alors, je m’ai demandé, « où est-ce que j’appartiens ? » Alors, la modélisation androgyne crée un endroit sauf. Et j’espère qu’un jour, on peut entrer un magasin typique comme Macy’s et trouver les vêtements non-sexuée, et ce n’est pas bizarre. 


LAUREN RACELA est une étudiante à Miami Université en Ohio. Ses spécialisations sont l’éducation Français et la linguistique. Elle aime l’art, la poésie, et chanter pendant qu’elle conduit. Elle est un membre de l’organisation féministe chez son campus, et elle y plaide les droits des gens LGBT+. Elle préfère les bijoux en or, et son designer préféré est John Fluevog.