15 QUESTIONS AVEC ILLUSTRATRICE MARYCRY

Pendant la semaine où j’ai eu l’honneur de connaître et de faire passer un entretien à Marycry, j’ai absolument adoré. Elle est vraiment une femme incroyable et inspirante. Son art est magique. J’espère que vous aimez bien notre entretien.

Qui est Marcry et c’est quoi votre trajet jusqu'à maintenant ?

Depuis la crèche, je dessine. Je suis allé à l’école d’art, et j’ai pris des courses sur la bande dessinée et de l’animation. Pendant mon éducation, j’ai travaillée avec l’association culturelle de Naples « SPES », où je publiais panneaux d’un journal satirique de district. Depuis 2004, je travaille avec des agences divers : la publicité graphique, puis comme illustratrice de livres pour enfants. En 2006, je suis entrée dans le monde d’animation via collaborations avec quelques studios d’animation italienne : la vidéo numérique et bande dessinée de musique « Gruppo Alcuni ». En 2010, je commençais mon travail dans la bande dessinée de couleurs pour le marché français, en publiant « Hot Charlotte » publié par Glénat (avec les dessins de Vincenzo Cucca et le scénario par Ennio Ecuba/Vincenzo Lauria),  « lulu et Fred » Volume 1 2 (publié par Le Lombard, scénario par Jean Jacques Thibaud et Nicolas Robin, et les dessins par Cècile Brosseau), « Poil de Carotte » (publié par Glénat Vents d’ouest, avec dessins de Cècile Brosseau et scénario par Lemoine), « Jacquette le Croquant » (publié par Glénat Vents d’ouest, avec dessins de Cècile Brosseau, et scénario par Lemoine). Pour le marché belge, j’ai coloré la bande d’ « Anne » (dessiné par v. cucca) qui est sérialisé dans la revue « Menzo ». Pour le marché italien, il y a le livre « The Case of Orion : The Key of Zaphura » (publié par « Informofart » avec les dessins de Davide Tinto et scénario par Francesca Carontenuto ).

Après, j’ai commencé des collaborations avec la bande dessinée américaine, où j’ai fait la coloration pour  2 volumes de « Shadow Children » (Les Enfants d’Ombre) et la couverture de la même, (publié par Red Giant Entertainment avec les dessins par Vincenzo Cucca), 2 volumes de « Bitter Dream » (Rêve Amer) et quelques couvertures d’autres (publié par « Inter Web Comics » et conçu par v.Cucca). Pendant 2013, j’ai fait des collaborations avec des artistes dans le domaine de la musique et du divertissement. J’ai fait des panneaux pour « l’Edicola Fiore » et c’était présenté originalement sur Twitter (ça d’un showman italien Rosario Fiorelle ; sur le site officielle, c’est dans le section dévoué à moi « Cristina comix » (http://www.rosariofiorello.it/comix/).

J’ai fait la couverture pour le CD d’un couple des conteurs italiens « The Vianella ». J’ai fait la couverture pour un documentaire DVD sur le disco des 1980’s « DJ N-Joy’s Clubbing & Music Culture » pour Leo N-Joy Star (qui a écrit « pump it up ») et j’ai fait deux couvertures pour le CD d’un pianiste/compositeur A. Aponte (et j’ai fait des dessins pour son site http://www.adrianoaponte.com/#!about/cjg9).

Qu’est-ce qui se cache derrière votre art ?

Il y a le désir pour exprimer l’idée de regarder le monde d’un point de vue diffèrent, et puis retourner chaque concept ancrée par la société, et de sortir des préjugés, de penser qu’il n‘y a un vérité absolue. Plutôt, il y a beaucoup ; la vie est comme un cube aux multiples facettes, qui changent sans cesse. Donc, j’aime dessiner la graisse et sexy pin-up, parce que ces pin-ups sont des symboles ; elles représentent un renversement de la nation de la beauté traditionnelle, une sorte de provocation. Parce que la beauté objective n’existe pas, il y a donc une liberté de choix.

A quel âge avez-vous découvert votre talent ? Quelle est l’histoire derrière votre première pièce ?

Toujours. Depuis je suis un enfant, à l’âge approximativement quatre. Depuis j’ai découvert comment tenir un crayon, j’ai découvert ma passion, mais pas mon talent. Ma passion m’a incité d’étudier et d’améliorer jour après jour, même maintenant ! Mon premier dessin ? A l’école maternelle. Pour le plaisir. Puis il y a eu un long apprentissage où les dessins ont été commandés et il y avait très peu d’expression personnelle. Seulement dans mes illustrations les plus récentes que je peux dire que je l’ai donné une partie de moi !

Vous êtes quel type d’artiste ?

 Illustratrice ! J’aime dessiner dans le style de bande dessinée.

Quelles sont vos techniques préférées et pourquoi ?

J’aime bien la micromine 2b, pour le dessin et j’utilise Photoshop pour la couleur, et souvent je l’utilise pour créer le dessin entier (du dessin à la couleur). Pour le manuel des couleurs, j’utilise aquarelles.

C’est quoi votre philosophie artistique ?

Je voudrais que les artistes expriment leur créativité. Qu’ils tirent de ce qui est sur leur esprit libre de toute contrainte dictée par les lois du marché, sans être forcé par les besoins ou les goûts des autres. Qu’ils toujours donnent la même importance sur les graphiques et sur le concept. J’aime bien quand c’est agréable à l’œil, mais aussi que c’est un mode de communication directe. Ce n’est pas toujours possible, si on a un commission on doit travailler pour un éditeur, donc on doit se soumettre à leurs exigences. Je trouve le maximum de créativité est quand on peut exprimer des idées dès le début- pas seulement la graphique, mais la concept, les idées ! Tous ce que vous voulez rendre sur papier ou sur la vidéo !

Dans votre mode artiste, c’est quoi votre motivation ?

J’aime bien écouter de la musique de différents genres, du jazz à la pop du swing. J’écoute à un autre genre de musique en fonction de ce que je dois dessiner. Par exemple, quand j’ai fait des illustrations pour le site d’un pianiste, j’ai écoute de la musique classique. Pour la couverture d’un film sur la discothèque, il y a la musique de danse des années 1980. C’est la même pour les films. Je vois un film particulaire, et à cause de ses couleurs et ses ambiances,  c’est peut-être utile pour mon travail à ce temps. C’est vraiment la mer qui m’inspire le plus. Ça me détend, et me fait plus créative.

Pouvez-vous partager une histoire liée à votre travail ?

Il y a trois ans, j’ai crée un site Facebook et un blog, où j’ai publiée des dessins et des bandes dessinée dédiés à Fiorello (un one-man-show italien), mon idole dans le show business. L’idée entière était la mienne, de construire des histoires et des couleurs, et à un certain point, Fiorello a pris connaissance de la bande dessinée et il m’a donné l’occasion merveilleuse de les publier sur son site officiel.

Où peut-on voir plus de Marcry ?

 Ma page d’art sur Facebook (https://www.facebook.com/MarycryArt), mon site personnel (http://cristinacomix.wix.com/marycryart), et sur mon galerie Deviantart (http://marycry83.deviantart.com/gallery/).

C’est quoi vos projets en cours?

Je travaille comme coloriste pour le Pont Supérieur, des cartes qui sont une collection des personnages du Marvel.

Des passe-temps en dehors de l’art ?

J’aime bien cuisiner, de créer de nouvelles recettes, et de faire du vélo.

C’EST QUOI VOTRE FAVORITE :

COULEUR : rose-fuchsia, mais aussi toutes les couleurs chaudes

ENDROIT : j’aime la mer, mais j’aime aussi la voyage (j’aime explorer de nouveaux endroits)

SAISON : le printemps

DOMESTIQUE : le cheval… peut-être ailé !

FILM : J’aime bien des films de Tim Burton, les films d’animation de Disney classiques,  et les comédies d’Edoardo de Filippo.

NOURRITURE : les pâtes et le chocolat !

C’est quoi votre inspiration ?

Je n’ai pas une seule source, plutôt tout ce qui est beau et passionnant.

Combien de temps faut-il pour finir une œuvre de votre art ?

Ça dépend sur la complexité, le style, combien de détailles, mais elle varie d’un jour à une semaine.

Pouvez-vous partager une partie de votre travail ? Quelle est l’histoire derrière elle ?

static1.squarespace.jpg

« Graisse Chaperon Rouge » : dans cette dessin, je voulais retourner le conte classique. Dans la vie, les rôles et les situations peuvent toujours changer.

one.jpg
two.jpg

« Sexy Grosse Femme » et « Graisset et Croquis Rapide » : je voulais représenter le pin-up différemment du stéréotype de la société. Je les créé sexy ainsi que provocateur. Donc, je les montré comme belle mais aussi hors de la norme.

static1.squarespace-1.jpg

« Chant en Colère de Pulcinella » : c’est un chant de rage et de douleur de pulcinella (un masque napolitain de la comédie). Il est l’esprit du peuple napolitain, qui aime leur ville. Mais, à la même fois, il souffre de sa décadence. 


KIELY MACMAHON is a writer from Virginia. She lives and works in Boston.