DECOUVREZ JU ROMANO: TETE-A-TETE AVEC LE PREMIERE MANNIQUIN GRANDE-TAILLE D'ETRE EN VEDETTE A LA COUVERTURE D'ELLE EN BRESIL - SANS PHOTOSHOP

Elle se décrit comme une fille potelée avec les jambes courts et des cils longes, qui aime la music, la mode, et la beauté. Elle est sûre qu’elle serait devenue coiffeuse si elle n’a trouvé le journalisme en premier. La bloggeuse, avec ses nouveaux cheveux gris, est célébrée sur le web après qu’elle est apparue à la couverture d’ELLE en Brésil – et elle y portait (seulement) un manteau de Prada et quelques chausseurs de Miu Miu. VOLUP2 a tous les détails de notre mannequin du jour quand nous discutons la beauté et la liberté.

VOUS AVEZ DIT QUE VOUS ATTENDIEZ LONGTEMPS À VOIR UNE FILLE GRAND-TAILLE À LA COUVERTURE D’UN MAGAZINE, MAIS VOUS N’AVEZ JAMAIS PENSÉ QUE VOUS SERIEZ CETTE FEMME. DITES-NOUS DU PROCESSUS DE CRÉER LA COUVERTURE ? COMMENT VOUS SENTEZ-VOUS D’ÊTRE UNE PARTIE D’UN MOMENT PROFOND POUR LA BEAUTÉ DES FEMMES DANS LE MÉDIA ?

C’était très naturel, en vérité. Sandra Soares, la journaliste qui a produit l’histoire, m’a interrogé. Et puis l’équipe d’Elle ont organisé une séance photo. J’ai pensé qu’il ne serait qu’une petite photo, simplement pour illustrer mon histoire. J’étais ravie quand j’ai appris qu’ils avaient des projets pour un grand article concernent la diversité. Mais c’était le jour de la séance photo et ils m’ont dit que je ne porterai rien sous le manteau… Et ce n’était pas un problème, j’étais fini avec mon maquillage et quand j’étais prêt à m’habiller, le producteur de la mode ne m’a donné qu’un manteau. Et j’ai dit, « Et sous le manteau ? » Et il a dit, comme une farce, « Rien, ça va ? » Et oui, j’étais d’accord avec ça. C’est le point de l’article. Si je parle des courbes et des corps naturels, quel est le problème avec le mien ? C’est exactement ce que j’ai fait. En fin, j’étais contente et fière avec le manque de Photoshop.

AVEZ-VOUS DES AUTRES HISTOIRES ?

Non, pas vraiment. Ce n’était pas un problème… Mais en vérité, si j’aurais su que je serais complètement nue dans le studio, j’aurais mis ma cire bikini en mode turbo.

VOUS AVEZ DIT QUE CE N’EST PAS LE PLUS IMPORTANT À SE CONCENTRER SUR « LE GRAS LUI-MÊME, » MAIS SUR « LA LIBERTÉ À FAIRE NOS PROPRES DÉCISIONS CONCERNENT NOS CORPS » ET « À OUBLIER LES IDÉES IRRÉALISTES DE ‘LA PEFECTION DU CORPS.’ » COMMENT EST-CE QUE VOUS CONSTRUISIEZ CETTE LIBERTÉ DANS VOTRE PROPRE VIE ? QUELS PROBLÈMES ET QUELLES JOIES RENCONTREZ-VOUS ? ET COMMENT EST-CE QUE VOTRE BLOG, « ENTRE TOPETES E VINIS, » PARTICIPE À CE CONSTRUCTION ?

J’ai rencontré plusieurs de problèmes concernent ma corps. En quelques ans passés, j’étais fixée sur un régime complétement fou. Je me suis trouvée comme une taille 36 (c’est une taille 4 aux Royaume-Unis.) Je n’étais jamais si misérable pendant toute ma vie. Quelque temps a passé – et quelques bonnes jours en thérapie – avant que j’ai réalisé que je ne désirais vraiment avoir ce corps. Je me comportais fou en essayant d’être comme des autres. Je pensais qu’il me ferait plaisir, mais il me rendait plus fou. Quand j’ai commencé à rationaliser le rapport entre mon corps et moi-même, j’ai compris que chaque individu est unique. Je veux être libéré pour être moi-même, sans l’obligation de suivre un motif préétablie. C’est le point de mon blog : comment d’être lui-même, n’importe quel type d’apparence on a. En écrivant pour des femmes qui ont rencontré des mêmes problèmes que moi, j’ai grandi et je crois, plus en plus, que chaque individu a un corps différent, un métabolisme différent, et des désirs différents. Il n’existe pas un raison pourquoi nous doivent apparaître tous le même.

VOTRE IMAGE EST INSPIRANT (ET CONTINUERA À INSPIRER) TROP DES FEMMES À TROUVER SES PROPRES FAÇONS À EXPRIMER LEUR BEAUTÉ. COMMENT COMPRENEZ-VOUS CE RÔLE ? SENTEZ-VOUS COMME UN ICONE ? QU’EST-CE QUE VOUS VOULEZ PASSER EN CONSÉQUENCE DE VOTRE COUVERTURE ET VOTRE POSITION DANS L’INDUSTRIE DE LA BEAUTÉ ?

En vérité, je ne me sens comme un icone, mais je suis ravie d’inspirer des autres femmes à suivre un trajet plus libre et plus content. Il est gratifiant de savoir que j’ai changé la vie d’un autre pour le mieux – il n’existe pas une récompense plus grande. Maintenant j’espère que, comme un résultat de la couverture d’ELLE, des autres véhicules se sentiraient libres et inspirants à montre quelques types de femmes différentes. Et je ne signifie seulement l’apparence du corps. Il y a plein de la pression liée au couleur des yeux et des cheveux. Cette pression existe aussi avec la texture des cheveux. Ces facteurs sont oppressifs. Je voudrais que le média arrête de traiter ce qu’est « différent » comme c’est spécial. Plutôt, on doit traiter chaque femme comme elle est normale – quelque chose que n’existe pas aujourd’hui.

ET QUI VOUS INSPIRE/A INSPIRÉ PENDANT QUE VOUS CHERCHEZ L’AUTHENTICITÉ ?

Je n’ai pas un icone, précisément parce que ma fouille était basée sur l’authenticité. J’aime trop d’actrices et bloggeuses, mais je trouve mon inspiration dans les femmes anonymes. Chaque email que je reçois, chaque commentaire doux, et chaque conversation avec mes lecteurs et mes amis.

QU’EST-CE QUE VOUS VOULEZ DIRE AUX FEMMES QUI, COMME VOUS ET MOI, CHERCHENT DES FAÇONS CRÉATIVES POUR EXPRIMER SA BEAUTÉ ?

Selon moi, l’expression de la beauté le plus grand vient de l’intérieur. Quand une femme se sent confortable avec son propre corps, n’importe pas comment elle apparaît, elle devient belle aux autres. Mais plus important, elle devient belle pour soi-même !

UN MOT OU PHRASE POUR RÉSUMER CET EXPÉRIENCE POUR VOUS ?

FIERTÉ ! C’est mon mot, parce que j’étais fière de voir un corps naturel à la couverture d’un magazine très important. J’étais fière du courage d’ELLE pour être un initiateur concernant cette issue. J’étais fière des femmes qui ont ouvré ses esprits à cause de ce mouvement… En bref, trop de fierté !

Pour tenir au courant de Ju Romano, suivez son blog !


LAUREN RACELA est une étudiante à Miami Université en Ohio. Ses spécialisations sont l’éducation Français et la linguistique. Elle aime l’art, la poésie, et chanter pendant qu’elle conduit. Elle est un membre de l’organisation féministe chez son campus, et elle y plaide les droits des gens LGBT+. Elle préfère les bijoux en or, et son designer préféré est John Fluevog.