Hi.

Welcome to my magazine!  Where we aim to challenge societies ideas on beauty through celebrating genuine Diversity.

RIP & Happy birthday to my very dear friend and VOLUP2 model, Jacqueline  Photos by Velvet d'Amour

RIP & Happy birthday to my very dear friend and VOLUP2 model, Jacqueline Photos by Velvet d'Amour

"Life is limited to one choice, Hurry up and live, or Hurry up and die." this was the quote my dear friend spoke of when we discussed how she felt, and what got her through the cancer. Today Jacqueline, AKA Mirette, would have turned 51.

My last text from her was this January 16, 2017.  Over Christmas she was told her blood-work was off and she was prepared to go to battle again. She mentioned in her text in fact, that the chemo was going well, but she was confused over some incredibly intense pains she was suddenly besieged with.

She passed away on January 26.

10 days before I had heard from her, and 10 days later she was no more. I can't bring myself to erase her text or her phone number, to have an occasional look on her Facebook page hoping against hope it isn't true.

To be speaking with a friend one day, and have them so suddenly and heart-breakingly gone the next, at such a young age, with so much to offer and so much she deserved to live, has been exceedingly difficult for me, as I am sure it is for many. Mainly I live in disbelief that I can't just pick up the phone and have a chat, or write back and forth on Facebook, mine is an incredulous pain that starts as if waking from a hazy dream, and then is suddenly punctuated with rows of exclamation points!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! screaming out some truth that should not be correct. I check myself in thinking how her siblings must feel, and the depth of their anguish and my heart breaks for them.

I hate the thought of her suffering, of her having to live through such stupefying agony. I wonder what she felt and knew as I look back on our last conversation, when she mentioned her mother going through the same, and then suddenly passing away, and surely NOW, so many years of research and medicine later, surely she wouldn't live the same fate?

We spoke those words and then this blackened reality came to pass.

When I first met 'Mirette', as I knew her then, she showed up at my home where I was selling some plus size clothes. Clearly our hips were separated at birth, for they were identical twins! We could relate to not fitting in clothes, just as much as not fitting in chairs, to being both fawned over and berated for our extreme pear-shapes. She had a magical way with words and the capacity to pick out the very best in people and articulate that with poetic splendor. 

I see beauty in so many and Jacqueline with her porcelain skin and green eyes, her long flowing locks, her waist made minuscule by her heart shaped hips, her J-Lo/Kim K aint got nothing on me ASSet, and the deeply genuine kindness which emitted from her whole being made me question- why hadn't she ever modeled?!!! Admittedly, back at the time we met, pre-bloggers, and the Plus Size scene just barely beginning, it wasn't the most obvious choice for most,  yet we all know obvious choices are overrated. 

It makes me smile thinking of how she came to my apartment in the heart of Monmartre, ie several million stairs abound, then my flat was a 5 flight walk up to top THAT off! I wanted her long straight locks to be curly for the shoot, so she came the night before so we could hang out and thereafter I started rolling several million of those pink Styrofoam rollers that snapped in place, into her never-ending hair. She then had to sleep in them all night- needless to say she didn't get much sleep! But I recall the joy she had when seeing the pics, and how almost red her hair looked, which reminded her greatly of her grandmother and that seemed to bring her such joy!

She speaks about this very first photo session with me-

"Cette première séance photo m’a beaucoup changée, elle m’a aidé à accepter un peu plus facilement mes différences physiques quand, via le viseur de Velvet j’ai découvert cette personne je l’ai trouvée je le reconnais jolie attirante et sexy et cette personne à ma grande stupéfaction c’était moi."

Which translates roughly to,

'This first photo session changed me a lot, it helped me to, a little more easily, accept my physical differences when, through Velvet's lens I discovered this person who I found I recognized as pretty, attractive and sexy, and this person, to my great stupification was me.'

After losing her breast to cancer Jacqueline approached me, she was interested in being photographed again- as she was. She wanted to have a chance to share her thoughts and feelings, to possibly help others who may be going through the same situation...

"Je suis contente il fallait montrer la vérité toute nue après une mastectomie" which translates to - I am happy to show the naked truth after having a mastectomy. 

While she felt vulnerable, she exuded a great strength and dynamism. The immense power of truly loving herself, with or without her hair, with or without her breast, the act of defying death shown through. A delicate yet determined sense of daring exuded from her very being, every poetic stance a FUCK YOU to cancer.

Jacqueline stated, "De cette nouvelle séance je veux prouver à tous et surtout à moi même que je suis en vie, que la maladie n’aura pris que mon sein mais pas la femme séduisante que j’avais découverte grâce à Velvet." which translates to, 'From this new session I wanted to prove to everyone and especially to myself, that I am alive, that the disease had taken only my breast but not the seductive woman that I had discovered thanks to Velvet."

Her true beauty was so inescapable it brings tears to my eyes even now...

I remember excitedly telling Jacqueline how much my beloved photography teacher and mentor,  James White had LOVED the editorial! I sent him a print from it and was elated when he kindly sent me a shot showing how he had hung it in his home, which had recently been featured in VOGUE LIVING !!! Vogue mentions, "His Spanish-revival house on a winding canyon high in the Hollywood Hills is filled with an eclectic array of artworks, ranging from Antonio Zanchi to Andy Warhol."

How incredibly fitting that she should be hanging in the Hollywood Hills with Warhol in all her Zanchi-esc glory!

She was characteristically humble btw.

These pictures were from a shoot Jacqueline and I made after her cancer, when her hair had started to grow back and she was very much appreciating life, and happy to have fought her way through.

You can see the smile in her eyes so bright.

You can feel how she was 'hurrying up to live'....

This shot below makes me smile with my heart...

Her last words to me in a private message on Facebook were, "Je t'embrasse très fort"

 Moi aussi ma tres chere amie, moi aussi...

Happy birthday my dear and sweet friend, I will never forget you... XO XO XO Velvet

I leave you with Jacqueline's own words, (to read this in English please see below)...

BEFORE/AFTER le CANCER

Il y a un peu moins de dix ans Velvet D’amour m’avait proposé de poser pour elle, ayant m’avait elle dit été fascinée par le volume de mon fessier.

Je n’avais pas grande confiance en moi, être d’un physique différent n’est pas forcément facile à vivre au quotidien, les regards en coins, les soupirs accentuer quand je prenais une place dans les transports en commun, les divers noms d’animaux volumineux dont on m’affublais en y joignant le mot grosse, c’était régulier.

Ça ne me faisais pas plaisir, ça me vexais beaucoup et je trouvais l’insulte trop facile mais en contre balance il y avait quelques bonnes personnes pour qui le physique ne faisait pas le caractère ni la qualité de quelqu’un.

J’étais, à la période où j’ai rencontré Velvet D’amour, une fille affichant trois chiffres sur la balance, avec des cheveux châtain clair jusqu’aux fesses, des yeux bleu vert, et j’apprenais à m’apprécier tel que j’étais et à me faire apprécier des autres sans être une séductrice j’avais quand même un peu de succès auprès des messieurs amateurs de physique imposant ils y en avaient peu certes mais il y en avait quand même.

Cette première séance photo m’a beaucoup changée, elle m’a aidé à accepter un peu plus facilement mes différences physiques quand, via le viseur de Velvet j’ai découvert cette personne je l’ai trouvée je le reconnais jolie attirante et sexy et cette personne à ma grande stupéfaction c’était moi.

Après cette séance photo, je me suis moins, attacher à ce que pensais les autres je ne voyais plus les regards en coin je sais qu’ils étaient encore là, mais cette nouvelle assurance m’empêchait de les voir, et j’étais également sourde aux méchancetés qui pouvaient encore être dites, et je dois reconnaitre qu’elles ont petits à petits totalement disparues, cette assurance nouvelle que j’affichais freinait chez les autres toutes velléités de mesquineries et de mauvaises pensées, c’était bien plus confortable.

J’avançais dans la vie avec un peu plus de confiance en moi mais la vie continuais de m’apporter son lot de difficulté, dès l’âge de douze ans j’avais été confronter à la maladie, mon père ayant fait à ce moment-là une hémorragie cérébrale, il s’en est sortie mais extrêmement démunie et très désorienter alors ma mère a pris la relève de la famille, et pendant de longues années elle l’as soutenue avec force et puissance, mais cela c’est fait au détriment de son bien-être et de sa propre santé.

Un jour lors d’une consultation banale, une grosseur au sein lui a été décelé, j’avais à l’époque seize ans, le mot cancer à cette époque-là était chez nous totalement tabou.

Mon père était malade pas question dans l’esprit de ma mère qu’elle le soit aussi, donc elle c’était un peu oublier et du coup le mal avais fait son œuvre destructrice et malgré une mastectomie puis une chimiothérapie intense le cancer avait bien avancé dans son corps pour métastasé sur les os, et là encore pas question d’employé le mot cancer, elle avait trouvé que les symptômes était proche de l’ostéoporose donc elle décida que ce serait le nom de son mal, elle décéda au bout de cinq années de lutte.

Mon père lui survécut sept ans puis doucement se laissa aller dans la mort ma mère lui manquant trop.

C’est au moment de la maladie de mon père et du fait que ma mère soit moins disponible pour moi que pour calmer mes peurs et mes craintes, je me suisréfugiée dans la nourriture et que je me mis à grossir à excès.

Je pensais que le pire de ma vie je venais de le vivre hélas je me trompais.

Il y a un peu moins de cinq ans suite à une mammographie banale, on annonça à ma sœur une grosseur qui après des examens approfondis se révéla cancéreuse, elle dû subir une mastectomie puis suivre également une chimiothérapie puis de l’hormonothérapie pendant cinq ans.

Dans le but de me protéger elle avait fait une étude génétique pour savoir si elle était porteuse d’un gène qui précise si dans une même famille il y a un plus grand risque d’être malade.

Car ma mère plus elle ça faisait beaucoup de cas de cancer du sein dans ma famille et elle souhaitait m’éviter d’être moi aussi atteinte ou du moins en le sachant de m’y préparer.

Ce genre de recherches prend du temps et il fût annoncer à ma sœur plus d’un an d’attente avant d’avoir les résultats.

Mais le sort s’acharnait, un matin je constatais que le mamelon du sein droit était rétracter je décidais donc de prendre rendez-vous pour une mammographie qui décela un problème comme on le dit pudiquement, je pris donc rendez-vous avec mon gynécologue qui après une longue batterie d’examens m’annonça que j’avais un cancer du sein, et qu’au vu de l’importance de la masse je devais subir une mastectomie, suivit d’une chimiothérapie et enfin de la radiothérapie, ce fût douloureux, difficile, démoralisant parfois mais enfin, j’ai terminé le plus gros de ces soins en octobre 2014.

Les résultats du test génétique nous est parvenu pendant que j’étais déjà en soin et il indiquait que ma sœur n’était pas porteuse de ce gène très spécifique qui à coup sûr assure que la maladie est génétique et qu’elle touchera tous les membres de la famille garçons et filles.

Les recherches continues sur son ADN pour essayer de comprendre pourquoi 3 femmes d’une même famille ont été atteintes.

 

Et me voilà aujourd’hui, ma longue chevelure blonde a disparu pour laisser place à des cheveux très courts gris et surtout aujourd’hui je n’ai plus qu’un seul sein, difficile à admettre et à supporter.

Il m’a souvent été dit que physiquement mon atout principale c’était mon gros fessier, mais pour une femme les seins c’est la féminité en être privé brutalement ce n’est pas chose facile à vivre, découvrir dans le miroir une femme différente que je ne connais pas encore c’est dans ma tête un long travail d’acceptation.

J’attends de cette série de photo avec Velvet d’Amour beaucoup plus que la première que j’avais vécue avec elle, celle d’il y a dix ans m’avais permise de m’accepter avec un physique imposant, d’accepter la femme que j’étais ronde mais malgré tout attirante et jolie.

De cette nouvelle séance je veux prouver à tous et surtout à moi même que je suis en vie, que la maladie n’aura pris que mon sein mais pas la femme séduisante que j’avais découverte grâce à Velvet.

Cette femme-là existe encore, la maladie ne l’auras pas effacée, mais c’est difficile parfois de l’accepter d’apprendre malgré ce morceau de moi en moins à être malgré tout désirable.

J’ai été surprise finalement de mon aisance à faire ces photos c’est principalement parce que j’ai pleinement confiance en Velvet qui a toujours su m’écouter et ne voir que l’atout majeur des femmes qu’elles photographient.

Quand je me suis retrouver face à son objectif j’ai tout oublié, être nue, me montrer sans tricherie ne devenait plus un problème je devais le faire, cela faisait partie de mon parcours pour avancer dans la vie.

Je ne suis pas morte, ces photos le démontrent, j’ai des choses à prouver au-delà du mal, au-delà de la maladie au-delà du mot cancer et de tout ce qui s’y rapporte il y a ma volonté de vivre d’espérer enfin un peu de paix et de bonheur dans ma vie.

Je m’accroche à ce désir avec force aujourd’hui je suis dans la survie chaque jour ou la maladie ne gagne pas est un cadeau c’est je le sais cinq années de surveillance constante avec au-dessus de ma tête une épée de Damoclès qui est, pourvu qu’il n’y est pas de métastase.

Je m’accroche au fait que ma sœur n’as pas eu de problème après son cancer du sein et qu’elle est dans un vrai cheminement de guérison c’est pour elle sa dernière année d’hormonothérapie.

Guérison voilà un mot rarement utiliser par les oncologues qui lui préfèrent le mot rémission mon chemin à moi est au tout début cela fait trois semaines que j’ai commencé l’hormonothérapie et je n’ai pas l’air d’avoir d’effets secondaires c’est une vrai chance et j’en profite.

Mes questionnements d’aujourd’hui concernent mon choix ou pas de reconstruction mammaire l’idée de repasser sur une table d’opérations n’est pas forcement enthousiasmante je n’ai pas encore eu à en parler avec mon chirurgien mais j’y pense.

Ma vie sentimentale est au point zéro actuellement et c’est vrai que pour une femme commencer une relation avec ce « handicap » physique n’est pas facile la question ne s’est pas poser pour moi mais je ne sais pas vraiment comment je vivrais l’intimité avec un homme avec ce corps différent je verrais bien si ça se présente.

Voilà mon parcours, et je constate dans mes changements de pensées que j’ai beaucoup de mal à faire des projets à long termes c’est là la différence principale que je constate depuis la maladie mais j’essaie de me faire confiance et de croire en une forme d’avenir qui m’attend et m’apportera peut-être la paix auxquelles j’aspire.

Pour conclure j’emploierais une formule que j’ai découverte dans mon film préférer Les Evadés (Shawshank Rédemption) avec Tim Robbins et Morgan Freeman, dans l’une des scène crucial de l’histoire Tim Robbins dit à Morgan Freeman dans un grand moment de doute et de peur la phrase suivante, « La vie se limite à un choix dépêche-toi de vivre ou dépêche-toi de mourir » j’aimais cette phrase sans vraiment la comprendre mon cancer, ma maladie lui a donné toute sa signification oui, la vie se limite à ce choix dépêche-toi de vivre ou dépêche-toi de mourir c’est fichtrement vrai.

Jacqueline HORNET

To read our interview with Jacqueline in English please head to our PAST ISSUES section and see our Black and White issue

SO BLUNT YOU CAN SMOKE MY TRUTH FEATURING JESS LOUISE BY VELVET D'AMOUR

SO BLUNT YOU CAN SMOKE MY TRUTH FEATURING JESS LOUISE BY VELVET D'AMOUR